Médée, par Fanny Ardant

Publié le par Civetta

Vivement dimanche, le Marathon des mots touche à sa fin. Sobriété et tragique contenu: fidèle à elle-même, Fanny Ardant a offert une lecture néanmoins émotionnellement engagée du texte d’ Euripide, “Médée”, entrecoupée d’un accompagnement au violoncelle. Stricte, mais légère et distinguée dans son intemporel tailleur noir, Fanny Ardant a arpenté le texte du tragique grec de sa voix si particulière, modulant la colère et la haine, le désespoir et la trahison, jamais dans l’excès, avec juste ce qu’il faut de larmes contenues, de rage dans les poings à peine tremblants pour lire le texte d' Euripide avec la voix intérieure de la matricide, et néanmoins désespérée, Médée ... Les voûtes de briques rose de l’auditorium St Pierre des Cuisines (ancienne église devenue salle de spectacles) prêtaient leur recueillement à la grandeur dépouillée de cette lecture.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article