Rimbaud funambule à Toulouse

Publié le par Civetta

Au Marathon des mots, “J’ai tendu des cordes de clocher à clocher”...Joignant le geste à la parole, ou plutôt à la poésie d’Arthur Rimbaud, le funambule Didier Pasquette faisait écho à la voix de Robin Renucci, chemise blanche rayonnante au balcon du Capitole, pour faire vivre les vers du poète maudit... Malgré le ton un peu déclamatoire et monocorde de la lecture de l'acteur, du “Dormeur du Val”, en passant par “L’étoile a pleuré rose”, “Ma bohême”, d’une “Saison en enfer”, aux “Illuminations”, comme cela faisait du bien, tous assis sous la brise nocturne et sur la dalle encore chaude de la place du Capitole, les yeux tournés vers le ciel, de reconnaître un à un ces textes : il suffit d’un funambule évoluant là-haut, et de ces poèmes déclamés dans la nuit pour redécouvrir que “je est un autre” et qu’avec Rimbaud, “on me pense”, puisqu’il nous les a ancrés, un jour, à tout jamais, dans un recoin de notre mémoire.

Commenter cet article