Louise-Michel, avec Yolande Moreau

Publié le par Civetta

Quel bizarre film que ce film-là... Qu'en penser? Disons que je n'ai pas détesté, mais c'est quand même un film qui m'a posé un problème: il semble défendre une thèse ("si le capitalisme actuel transforme les êtres humains en morts-vivants, qui n'ont rien à perdre, ont-ils plus de raison de vivre qu'un cancéreux en phase terminale?" en gros... mais c'est ça). Les qualités du film résident dans quelques scènes désopilantes (le tueur à gages chargé de tuer un chien-chien et qui vient réclamer la somme due pour son contrat... raté: 1€; par exemple... ou encore Pelvoorde qui recrée l'attentat des les tours jumelles en miniature). Mais, par ailleurs, le choix du metteur en scène et du scénariste, c'est aussi celui de l'humour noir (très noir, et très "belge absurde" aussi, ce qui rappelle ici et là L'Iceberg), et l'inconvénient de l'humour noir, c'est que cela détourne l'attention (ou plutôt: la tension) du spectateur un peu hors sujet (cf.la thèse ci-dessus), à moins que cela ne recentre à l'inverse "trop" sur la thèse en transformant les opprimés en êtres aussi dépourvus de scrupules et de sensibilité que les magnats qu'ils cherchent eux-mêmes à zigouiller...
Bref, je suis sortie sceptique sur l'efficacité du message...
Vu le 15 fevrier 2009. Note: **

Commenter cet article