Still life... et "still awake"!

Publié le par Civetta

... et still awake! car en ayant vu ce film dont la séance commençait à 21h40 samedi soir à l'Utopia, je me demande comment nous ne nous sommes pas endormis. À croire que lenteur (aussi lent que The World, prédédemment vu du même cinéaste) ne rime pas forcément avec ennui. Car il s'agit d'un film très lent, très esthétique (d'une beauté qui tient en éveil tout de même, faut croire), hyper parcimonieux dans les dialogues; d'ordinaire la lenteur ne me gêne pas au cinéma, bien au contraire, mais on se demande en sortant ce qu'a voulu montrer son auteur. Et puis, cet esthétisme lent est-il pure complaisance de cinéaste brillant, ou un fait culturel, à l'image de la retenue "chinoise"? Difficile de trancher, mais je pencherais tout de même pour la première solution, confortée que je suis par cet effet spécial (bien incongru en plein coeur de ce film empreint d'un réalisme raffiné) qui consiste à faire décoller - tel une fusée de dessin animé - un immeuble moderne, voué à la deconstruction. En tout cas, un beau film documentaire romancé sur une Chine en pleine mutation, avec ses personnages "still life" entre deux rives. Mais je ne peux pas dire que ce film m'ait transmis une émotion transcendante, ou alors je n'y ai pas été sensible du tout.
Vu le 26 mai 2007. Note: **
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article