Le secret derrière la porte

Publié le par Civetta

Le secret derrière la porte

Je me suis regardé ce soir Le secret derrière la porte, fabuleux film de Fritz Lang, avec Joan Bennett et Michael Redgrave. Il s’agit d’une variation sur le coup de foudre entre l’héroïne Célia et Mark Lamphere, qu’elle épouse sans le connaître, à Mexico. Peu à peu, Célia découvre que son mari a des comportements étranges: départ précipité pour New York alors qu’elle lui a juste interdit, d’un tour de clé et par coquetterie, l’accès de sa propre chambre, aversion soudaine des fleurs de lilas, collection de reconstitutions de chambres de meurtriers... Visiblement passionné par Freud (en particulier par les comptes que l’on ne cesse de régler, avec notre passé, dans un présent tissé d’éternels retours inévitables) et les relations de couple, Fritz Lang s’appuie sur les récurrences psychanalytiques (le souvenir d’un traumatisme infantile en apparence anodin qui donne des envie de meurtres sa vie durant à un homme adulte) pour mener un film où le suspense chevauche allégrement le mystère, tout en donnant au téléspectateur (auquel il est proposé de tout voir avec le regard psychanalytique de l’héroïne), chemin faisant, toutes les clés du Secret derrière la porte. Un chef-d’oeuvre de 1948, comme on ne sait plus en faire, où Fritz Lang semble vouloir montrer que l’homme ne trouve son salut mental que grâce à l’épouse jouant le rôle de guide initiatique parmi les embûches d’un Oedipe inachevé dans l’âge mûr: c'est elle qui détient l'ultime parole salvatrice qui fera sauter les verroux de la porte traumatique... à moins que tout ne se passe dans l'esprit de Célia, et le film ne serait alors que le résultat de ses hallucinations, entre la sieste dans le hamac du début, et celle (identique) qui conclut le film. Quoi qu'il en soit, quelle passionnante, fascinante et magistrale mise en scène d’une telle problématique!
En savoir plus sur
les films de Fritz Lang.
Le
DVD du film.

Commenter cet article