Les "fucking" Infiltrés

Publié le par Civetta

Rythmé, habilement construit sur les ressemblances des physionomies de Nicholson, Di Caprio et Matt Damon qui contribuent visuellement et fortement à l'ambiguité du double-jeu de chacun, les Infiltrés est un "fucking" bon film : je dis ça, à moitié en plaisantant, parce que les dialogues de la pègre irlandaise sont tellement farcis de cette expression récurrente, qu'on sort du film avec ce mot en tête, et l'impression qu'on va se faire tirer dessus dans la rue...Après quelques minutes d'accoutumance pour y comprendre quelque chose, le moins qu'on puisse dire, c'est que l'on est sous tension du début jusqu'à la fin: Di Caprio est excellent et tout en sensibilité, Nicholson fidèle à lui-même en acteur diabolique. Un bon film, malgré quelques invraisemblances (on ne comprend pas trop le lien Nicholson-FBI...mais bon). Bandes-annonces.
Vu le 3 décembre 2006. Note: **

Commenter cet article