D'un papillon à une étoile

Publié le par Civetta

Profondément touchée par l'émission récente sur Véronique Sanson (bouleversante), je me contenterai de citer ces deux chansons - reflets d'un dialogue ininterrompu avec Michel Berger, celui de la musique de leurs coeurs: Une Minute de silence, écrite par Michel Berger en 1983, et Mortelles pensées écrite par Véronique Sanson en 1988. Ayant brisé sur un coup de tête sa magnifique histoire avec Michel Berger en 1973, ça n'est qu'en 2000 qu'elle a pu, avec son album D'un papillon à une étoile, s'alléger enfin de "l'enclume" qui pesait sur ses épaules depuis 1973. Désormais, on n'écoutera plus jamais de la même façon, ni les paroles de Véronique, ni les chansons de Michel, “le chanteur avec voix intérieure" (selon la formule de Sophie Fontanel). Et quelle artiste exceptionnelle, sorte de "Ray Charles" au féminin, avec cette voix-instrument, dotée d'une extrême sensibilité au coeur d'un vibrato si particulier. Difficile de l'écouter sans frissonner, parfois jusqu'aux larmes. En 1990, deux ans avant qu'il nous quitte, Michel Berger écrivait encore, par-dessus tout, à Véronique Sanson: L'un sans l'autre.
À écouter, “
L’homme de farandole”, sur le dernier album de Véronique, sorti en septembre 2004: “Longue distance”.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article