2046

Publié le par Civetta

2046 à mon avis... Il l'avait prouvé avec le splendide In the mood for love, il confirme maintenant avec la suite, 2046 (octobre 2004): Wong Kar-Wai serait-il l'André Breton du cinéma hong-kongais? Après In the mood for love, il explore les chemins de la mythologie amoureuse (gants, frôlements d'étoffes chatoyantes, souliers noirs et chiffres symboliques) au son d'une musique lancinante à l'image des éternels retours du coeur et de son cortège d'images de femmes aimées, en une magie envoûtante qui rappelle un peu le roman d'André Breton : Nadja. Pour aimer à nouveau ou comprendre le passé, le personnage principal (écrivain du roman mis en abîme: "2046") tente de partir pour la ville-temps 2046. 2046 est un film qui dit avec bonheur ce tragique de l'amour. On regrettera seulement que Wong Kar-Wai, ait eu la main un peu lourde sur les froides images psychédéliques de la ville-temps.
Vu le 15 Novembre 2004. Note: ****
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article