Bled number one

Publié le par Civetta

Bled number one

Bled number one est vraiment un beau film. D’aucuns le trouveront lent, mais c’est cette relative lenteur qui permet au cinéaste (et interprète) une attention accrue à tous les petits détails qui explicitent (ou tentent de le faire) la complexité du contexte social algérien. La situation de la femme, l’ambiguité du rapport à l’extrêmisme religieux, la persistance de croyances et de rites violents mais banalisés (le taureau égorgé pour la fête de la Zerda), tout est abordé avec une retenue qui n’a d’égale que son efficacité malgré l’apparence de simple constat... On sort de là, songeurs, avec dans la tête cette phrase subversive d’une jeune femme enfermée à l’asile comme folle: “les fous sont dehors”, tandis que l’héroïne, dont le rêve dans la vie est de chanter, se fait rosser tantôt par son frère tantôt par son mari pour ses rares vélléités d’autonomie ou de liberté individuelle. En plus, Bled number one est magnifiquement filmé. Un film qui en dit très peu pour en dire finalement énormément: Bled number one nous parle, il faut aller le voir. L’avis de Fluctuat.net.
Vu le 28 juin 2006. Note: ***.
[Photo : © Les Films du Losange].

Commenter cet article