April Snow

Publié le par Civetta

April Snow Le cinéma asiatique possède cette fascinante aptitude à raconter l’histoire intime des êtres en filmant leurs silences et leurs regards, en cadrant un coin de couloir d’hôtel, ou effleurant le reflet d’un sourire dans la vitre d’une fenêtre. C’est un cinéma lent, mais cette lenteur est aussi la condition de sa délicatesse, jusque dans les situations les plus douloureuses. Histoire de destins croisés où l’improbable douleur de deux êtres abasourdis leur apporte en réalité un improbable bonheur, April Snow fait se côtoyer la vie et la mort comme la neige en avril, dans une atmosphère qui rappelle la sobriété de In the Mood for love ou de 2046.
Vu le 21 avril 2006. Note: ***

Commenter cet article