La Dame de Pique au théâtre du Capitole

Publié le par Civetta

undefinedLong (presque 3h30 avec deux entractes) et fabuleux opéra de Piotr Illitch Tchaikovsky, La Dame de Pique de la saison au Théâtre di Capitole offre une interprétation superbe: j'ai adoré le magnifique et lugubre air à Lisa chantée par Pauline/Daphnis alias Varduhi Abrahamyan au premier acte, ou encore la glaçante interprétation de la Dame de Pique par Raina Kabaivanska, sans parler bien sûr du magnifique ténor russe Vladimir Galouzine pour le personnage d'Hermann. Un peu plus discutable (et injustifiée?) par endroit la mise en scène d'Arnaud Bernard: bonne idée que celle de ce carrelage gris qui tapisse le décor comme en un asile de fou, sorte de métaphore visuelle de l'esprit malade d'Hermann qui, tel Birdy, se recroqueville ici dans un bac à douche couleur gris béton au IIè acte (bac qui finit par degouliner de sang et c'est peut-être un peu "too much"), là contre un mur... Mais pourquoi cet intermède anachronique et kitschissime à l'acte II, lorsque surgit d'une trappe un intérieur appareillé façon années 60 avec bobonne habillée comme Marina Fois dans les Deschiens, alors que les sous-titres et le chants nous parlent en même temps d'une pastorale sensée être représentée comme festivité en la demeure du Prince qui s'apprête à épouser Lisa? Quelque chose échappe et l'on ne comprend ni le lien, ni ce qui justifie cette soudaine insertion humoristique où les ténors se mettent à mimer une sorte de théâtre muet à la Feydeau complètement tarte... C'est d'autant plus dommage qu'il s'agit là d'un spectacle de très grande qualité, à la hauteur de cette oeuvre tchaikovskienne, avec son ambiguité et ses mystères, sa grandeur et sa grandiloquence.
Pour le Monde, la mise en scène d'Arnaud Bernard est "genre trousse de secours". Ce qui rejoint un peu mon "Birdy"!
Dates:
31 janvier, 5 et 7 février 2008 à 19h30.
3 et 10 février à 15h.


Commenter cet article