Je ne suis pas là pour être aimé

Publié le par Civetta

je ne suis pas là pour être aimé

Quel joli petit film, et si plein de finesse, que ce Je ne suis pas là pour être aimé... Tout en ménageant de savoureuses notes d’humour, il fait partie de ce beau cinéma français intimiste, qui sait dire toute la palette des sentiments et les contradictions des personnages en filmant un regard, une expression du visage, une larme ou une main qui se pose... Une telle mise en scène souligne à merveille combien les apparences peuvent trahir la réalité du coeur et des sentiments des personnages, et combien ne pas suivre son coeur mène à des déchirements invivables pour tous. Il faut voir le visage de Anne Consigny, formidable de chagrin contenu, lorsqu’elle assiste impuissante à l’organisation d’un mariage que tout le monde lui confisque alors qu’elle-même y a déjà intérieurement renoncé... Les contradictions des personnages sont d’autant soulignées par la danse qui cèle le couple formé par Patrick Chesnais et Anne Consigny: le tango et ses atermoiements sensuels, pour en dire bien plus long que les mots sur les pas en avant et les pas en arrière de deux êtres qui finissent par se rapprocher inexorablement...
Vu le 19 novembre 2005 [Cinéma St-André des Arts, Paris]. Note: ***

Commenter cet article